Les huiles essentielles : précautions d’emploi

Publié par Marie Abiven Naturopathe le

Les huiles essentielles : précautions d'emploi

L’aromathérapie est l’utilisation des composés aromatiques extraits de plantes, les huiles essentielles, à des fins médicales. L’aromathérapie est ainsi un domaine de la phytothérapie.

Compte qu’elles sont vendues dans le commerce sans ordonnance, on aurait tendance à croire qu’elles sont sans danger. Si les huiles essentielles sont de véritables petits trésors de la nature, il vous faudra quand même respecter quelques règles pour bénéficier de leurs propriétés, au risque d’aggraver vos symptômes…

Commencez pas bien choisir votre huile essentielle. 

Idéalement une huile essentielle de qualité doit comporter sur son étiquette :

> l’appellation (huile essentielle ou essence)

> la dénomination botanique, en français et en latin

> la partie de la plante utilisée

> les composés majoritaires avec la précision du chémotype* s’il y en a un

> l’indication 100% pure et naturelle

              100% naturelle : elle ne doit pas contenir de molécules de synthèse

              100% pure : elle ne doit pas être composée de mélange d’huiles essentielles

> le volume en ml

> le numéro de lot (qui permet de retrouver le chromatogramme c’est-à-dire le profil chimique de l’huile essentielle)

> le label bio (AB, écocert…)

*Le chémotype désigne une entité chimique distincte au sein d’une même espèce. Chez certaines espèces, il peut varier en fonction du « terroir » de culture (composition du sol, humidité, ensoleillement, altitude…). Exemple : thym / romarin

Les huiles essentielles sont des substances très actives et très concentrées qui doivent être utilisées avec vigilance et toujours grâce à des connaissances fiables.

Le choix du mode d’absorption (voie cutanée ou voie orale) dépendra :

> de l’huile essentielle concernée

> du but recherché : bien-être ou soin

> du symptôme à traiter

> de l’âge du sujet

> de la durée de traitement

> de l’acceptation de l’odeur

La voie orale est très efficace mais c’est aussi la voie pour laquelle la toxicité éventuelle des composants des huiles essentielles est la plus marquée. Privilégiez les voies cutanée et respiratoire chez les personnes fragiles.

Il existe de nombreuses contre-indications des huiles essentielles : des contre-indications générales que je vous liste ci-dessous et des contre-indications spécifiques c’est-à-dire en fonction des huiles essentielles.

Contre-indications générales :  

1.Ne pas utiliser d’aromathérapie pendant le 1er trimestre de grossesse et ne pas appliquer d’huiles essentielles sur votre poitrine si vous allaitez.

De manière générale on évitera les huiles essentielles pendant la grossesse et l’allaitement. Il existe d’autres formes en phytothérapie qui permettent de réduire les symptômes de nausées, de constipations, de maux de tête, etc.

2. A utiliser pour vos enfants avec grande précaution :

>la voie cutanée diluée est tolérée pour certaines huiles essentielles à partir de 30 mois.

>la voie orale est possible à partir de 7 ans (premier seuil de maturité du système nerveux). De 7 à 15 ans vous pouvez donner 3 gouttes par jour maximum.

>Ne pas donner à votre enfant fiévreux (risque de convulsions car les HE baissent le seuil epileptogène)

3. Pour vous-même, ne pas dépasser 1goutte/10kilos de poids de corps/jour pour la voie orale. Exemple : si vous pesez 50 kilos, ne pas prendre plus de 5 gouttes/jour.

4. Ne pas les utiliser si vous avez des antécédents de convulsion, si vous êtes allergique aux molécules aromatiques

5. Ne pas appliquer sur vos muqueuses des oreilles (jamais dans le conduit) et des yeux (attention à tout le pourtour de l’œil y compris les tempes). Attention en général aux muqueuses plus sensibles et plus réactives.

Les contre-indications spécifiques :

1.Les huiles dermocaustiques qui peuvent être irritantes pour la peau

Exemples : basilic, ciste, estragon

2.Les huiles photosensibilisantes qui impliquent de ne pas s’exposer au soleil pendant au moins 8h après application

Exemples : bergamote, citron, camomille matricaire

3.Les huiles hépatotoxiques qui provoquent des effets indésirables en cas d’utilisation prolongée ou si vous avez déjà une fragilité au niveau du foie

Exemples : thym à thymol, origan, clou de girofle, cannelle …

4. Les huiles néphrotoxiques qui provoquent des effets indésirables en cas d’utilisation prolongée ou si vous avez déjà une fragilité au niveau des reins

Exemples : cyprès de Provence, térébenthine, pin sylvestre….

5. Les huiles neurotoxiques qui peuvent provoquer des effets indésirables au niveau du système nerveux. Ces huiles sont contre-indiquées chez les personnes épileptiques, les enfants de moins de 7 ans, les femmes enceintes et allaitantes et les personnes neurologiquement fragiles (personnes âgées)

Exemples : menthe poivrée, eucalyptus globulus, lavande Aspic

6. Les huiles hormon-like qui contiennent des molécules activant les glandes responsables de la production d’hormones ou des molécules ressemblant aux hormones et qui vont mimer leur action dans l’organisme. Ces huiles essentielles ne doivent pas être utilisées en cas de traitements hormonaux et en cas de maladies hormono-dépendantes.

Exemples : sauge sclarée, cèdre de l’atlas, genévrier 

Un grand principe à respecter : quand on ne sait pas, on ne fait pas !

Si vous avez des doutes, demandez conseil auprès de votre pharmacien ou de votre naturopathe. Les ouvrages de Danièle Festy sont des références que vous pouvez acheter pour pratiquer vous-même l’aromathérapie.

A noter que les huiles essentielles peuvent aussi s’utiliser par olfaction pour le plaisir du parfum, ou pour réduire certains symptômes (la menthe poivrée pour la nausée, la lavande pour le stress…). On appelle aromachologie, la science des phénomènes liés aux odeurs et plus particulièrement l’influence des odeurs sur le comportement.

Au Japon, où cette discipline a été découverte et étudiée par le professeur Shizuo Torii, il existe des diffuseurs d’odeurs dans les entreprises pour chaque moment de la journée : du citron le matin pour dynamiser, des parfums de fleurs l’après-midi pour favoriser la concentration et apaiser…
Depuis quelques années, le développement des neurosciences vient conforter cette théorie, suscitant de nouveaux développements en marketing et en neuropsychologie.

En général, une huile essentielle dont l’odeur vous plaît vous fera du bien

Rangement et conservation

>conserver les HE hors de portée des enfants

>température ambiante (maximum 25 degrés)

>toujours à l’abri de la lumière

>flacon bien bouché car elles sont volatiles et qu’elles pourraient être altérées par l’oxygène

Vous pouvez garder vos huiles essentielles longtemps même après ouverture (de 2 à 5 ans), voire plus si elles ont été bien conservées.

Pensez aussi à les éloigner des ondes électromagnétiques qui brouillent l’information énergétique des plantes. Si vous avez des fleurs de Bach à la maison, éloignez-les également.

A bientôt pour quelques recettes maison pour soulager les petits maux du quotidien !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *